Le désintérêt manifeste des Algériens pour le crédit à la consommation

credit
Posté le: 12/07/16

La mise en place du crédit à la consommation avec l’obligation d’acheter des produits fabriqués en Algérie, a eu lieu en janvier dernier. Seulement, cette initiative n’a pas été suivie avec enthousiasme par les consommateurs algériens.

La banque créancière critique le manque d’intérêt des consommateurs

En janvier dernier, les nouvelles mesures régissant le crédit à la consommation en Algérie ont été mises en place. Il s’agit en l’occurrence de l’achat obligatoire des produits de fabrication locale avec le prêt à la consommation accordé à l’emprunteur. Au bout de 6 mois de l’application de la nouvelle formule de prêt, on assiste à un constat d’échec évident. A la différence de quelques banques privées, certains établissements financiers publics ont pratiquement laissé tomber le projet du nouveau crédit à la conso. Pour leur défense, un responsable issu du CPA ou Crédit populaire d’Algérie a notamment pointé du doigt l’indifférence et le désintérêt de la population algérienne face à cette réforme du crédit à la consommation.

Pour ceux qui souhaitent contracter ce type de crédit, la durée du remboursement est supérieure à 3 mois sans dépasser les 5 ans. Pour éviter au client de se retrouver surendetté, sa capacité de remboursement ne doit pas dépasser 30% de ses revenus mensuels.

Les membres du syndicat des travailleurs font des reproches à l’état

Face au manque du succès de la nouvelle formule de prêt à la consommation en Algérie, l’UGTA ou l’Union générale des travailleurs Algériens reproche notamment le manque d’efficacité de l’état. Le gouvernement aurait dû se manifester dans les médias au moment du lancement de cette réforme de crédit afin d’accorder plus de visibilité à celle-ci et inciter les gens à y souscrire et acheter du label algérien.

Tout comme le FCE ou Forum des chefs d’entreprises ayant initié des campagnes publicitaires, l’UGTA estime avoir réalisé sa part de responsabilité en menant des actions de sensibilisations notamment auprès des travailleurs.